Imprimer
PDF
10
Oct

Hommage à Patrick Vuarand

Patrick Vuarand (par Annick, Valérie, Jean-Pierre, sa maman, Florian, Laureen, Jean-François)

Depuis lundi 10 octobre 2011 (jour de publication) la page de Patrick a été vistée plus de 3300 fois, merci pour lui, pour sa famille et ses amis (NDLR)

C'est consternés, abasourdis et les yeux encore troubles de ta disparition brutale, que l'on se lance dans l'écriture de cette missive où l'on éprouve le besoin profond de coucher sur le papier ces quelques mots, que l'on souhaite simples et appropriés. Quelques phrases pour parler de toi, mais pas pour tomber dans le lourd, le pesant, juste quelques verbes simples, bruts, pour expliquer de manière transversale qui tu étais... un gars bien !

Patrick est né en 1965 à Evian. Avec sa sœur Annick ils sont les deux enfants du foyer de Ginette Vuarand et de Francis Vuarand, décédé lui aussi bien trop vite en 2007.

Il a partagé son enfance entre l'Abreuvoir à Vonnes, ici à Châtel chez ses parents et à Suvay à La Chapelle d'Abondance auprès de sa grand-mère Esther.

C'est chez cette dernière, la mémé comme il disait, qu'il a grandi avec sa sœur mais aussi avec son premier cousin Jean-François, qu'il appelait frangin. Ainsi, une fratrie de trois était devenue une évidence pour tous.

Cette vie singulière, mais au combien forte et profonde, leur a procuré tellement de souvenirs merveilleux et de bonheur indéfectible.

Patrick a effectué une scolarité normale mais très vite il a préféré de loin l'apprentissage intuitif, global, sans étape ni référence à un modèle prédéfini, ce qui lui a permis de réaliser toute une somme de métiers, lui conférant par là-même des expériences diverses, variées et enrichissantes.

C'est en 1996 qu'il est recruté comme agent communal dans son village de Châtel qu'il aimait tant.

Dans les années 90 il rencontre Valérie Simon, maman de deux enfants Gary et Brenda, qui deviendra son épouse en 1997. Ils auront ensemble deux garçons, le premier Dylan né en 1997 et le second Dawson né deux ans plus tard. Ils constituent ainsi une famille recomposée dont il était très fier.

Patrick avait déjà en amont de cette rencontre organisé sa « garçonnière » comme il l'appelait, dans un chalet mitoyen près de celui de ses parents, juste au-dessus du lac de Vonnes.

Par la suite Patrick et Valérie acquièrent et reconstruisent l'intégralité de ce même chalet afin d'agrandir et de donner un toit plus important pour cette nouvelle petite tribu.

Très dévoué pour les autres, il n'hésitait jamais à donner de son temps pour sa famille, ses proches, ses copains et le monde associatif auquel il appartenait : les pompiers (sa passion, son dévouement), le ski club, les parents d'élèves, la cantine scolaire... sans oublier l'équipe de foot de la Vallée d'Abondance avec qui il aimait se retrouver.

Caractérisé par un vrai tempérament, Patrick détestait l'injustice et l'hypocrisie qu'il ne manquait jamais d'évoquer. Il était convaincu de la nécessité de se ranger ouvertement et sans ambiguïté du côté des plus désarmés.

Doté d'un humour croustillant et permanent, il était un compagnon de route très attachant. Garçon robuste et actif, il savait mettre à profit son dynamisme et son enthousiasme.

Patrick, Pat, Patoun... chacun y allait de son appellation, de son choix pour le nommer affectueusement.

Il aimait vraiment l'environnement montagnard pour y pratiquer toutes les activités s'y afférant. Homme de la pente, il pratiquait le ski alpin, le ski de randonnée, le VTT, le vélo de route etc...

Parallèlement, c'était un père très présent, attentif, pour accompagner ses fils dans toutes les courses de ski et suivre leurs pérégrinations sportives.

Patrick tu savais rendre des visites régulières, aux uns et aux autres, pour partager et échanger, mais surtout à ta sœur Annick et ton beau frère Jean-Pierre, avec qui tu aimais faire quelques escapades improvisées.

Très proche également de tes neveux, ton filleul Florian, ta nièce Laureen, pour qui tu avais une proximité sans limite.

Tu vas laisser derrière toi un incontestable vide.

Ta femme, tes enfants, tonton François, tata Marie-Lou, toute ta famille, tes potes et en particulier ta maman Ginette, auprès de qui tu aimais plus que tout te retrouver, pour te confier ou simplement pour partager le quotidien qui t'animait tant.

Merci Patrick pour cette flamme que tu avais dans les yeux, pour ton courage, pour ton humilité, ta simplicité, ton amour pour la vie et les autres.

Aujourd'hui plus que jamais on peut vraiment dire que la vie ne tient qu'à un petit, tout petit, fil.

Embrasse de notre part tous ceux que l'on connaît et qui auront la joie de croiser ton sourire qui nous manque déjà.

Patrick Vuarand2

Creation internet

pub echo