UN SAVOYARD AUX USA !

LE MARDI 11 NOVEMBRE 2014, JEREMY, PATISSIER DE LA VALLEE D’ABONDANCE, S’ENVOLAIT POUR CHICAGO. 5 MOIS PLUS TARD L’ECHO DE LA VALLEE A VOULU VOUS DONNER DE SES NOUVELLES ET L’A DONC CONTACTE POUR SAVOIR SI SON REVE AMERICAIN ETAIT EN TRAIN DE SE REALISER...


EDLV : Bonjour Jérémy, alors comment se passe ton expérience aux US ?
Jérémy Blanc : Bonjour Sandrine, et bien pour le moment c’est parfait, tout va bien.
EDLV : Pourquoi les Etats-Unis et Chicago en particulier ?
Jérémy Blanc : Ce n’est pas moi qui ai choisi, ce sont mes anciens professeurs de pâtisserie qui ont des contacts à travers le monde et qui mon proposé cette aventure.
EDLV : Quelle est ta formation post-bac ?
Jérémy Blanc : Après mon bac j’ai travaillé une année à la boulangerie «Nourdin» à Abondance, puis à l’hôtel-restaurant «Les Cornettes» à La Chapelle d’Abondance. J’ai ensuite fait une saison à la boulangerie «Grillet» de Châtel et avant mon départ j’étais à la boulangerie «Au beau réveil» à Morgins.
EDLV : Comment s’est passé ton recrutement ?
Jérémy Blanc : Tout simplement en discutant avec mes anciens professeurs de pâtisserie.
EDLV : Dans quel établissement travailles-tu ?
Jérémy Blanc : Je travaille au «Peninsula» (5 étoiles) de Chicago.
EDLV : Quelles étaient tes motivations pour tenter cette aventure ?
Jérémy Blanc : L’envie de voyager, de voir de nouvelles choses, de progresser professionnellement et d’apprendre l’anglais car cela ne me fera pas de mal.
EDLV : Quelles sont tes conditions de travail ?
Jérémy Blanc : Très bonnes, très agréables. J’ai été bien accueilli. L’équipe est super ! Parfois on a un peu de mal à communiquer, mais on y arrive toujours.
EDLV : Où es-tu logé ?
Jérémy Blanc : Je suis logé à Belmont. C’est un petit quartier à 15 min en métro du centre de Chicago et de l’hôtel,. J’habite un appartement qui appartient à l’hôtel et qui passe de jeune en jeune chaque année.
EDLV : Sont-ils surpris par tes pâtisseries ?
Jérémy Blanc : Je ne sais pas s’ils sont surpris. J’essaie de bien faire et je me donne à fond. Pour le moment j’ai de bons retours.
EDLV : Y a-t-il d’autres Français en cuisine ?
Jérémy Blanc : Oui il y a le chef pâtissier de l’hôtel et 4 autres Français qui partagent la même expérience que moi mais qui, eux sont en cuisine, pas en pâtisserie.
EDLV : Leur as-tu fait des rissoles bien de chez nous ?
Jérémy Blanc : (rire) Je vous avoue que je ne n’y ai pas pensé, mais pourquoi ne pas essayer ?
EDLV : Est-ce que tu adaptes tes pâtisseries à la clientèle américaine ?
Jérémy Blanc : Et bien, il y a une telle gamme de pâtisserie que la clientèle ne peut être que satisfaite. Parfois il arrive que l’on ait des commandes spéciales, donc oui, là il faut s’adapter.
EDLV : Aimes-tu cette ville et si oui pourquoi ?
Jérémy Blanc : Oui, j’aime cette ville où tout est démesuré et grand. On trouve de tout, 24h sur 24 : tout est tout le temps ouvert.
EDLV : Et l’anglais ? Es-tu devenu bilingue ?
Jérémy Blanc : Yes ! Non je plaisante, j’ai fait énormément de progrès mais il me reste encore beaucoup à apprendre.
EDLV : Es-tu allé voir un «p’tit» match de basket de la NBA ?
Jérémy Blanc : Oui je suis allé voir les mythiques Chicago Bulls contre les Uthas Jazz. Un match et une ambiance de folie, malheureusement les Bulls on perdu 68 à 89.
EDLV : Les montagnes te manquent elles ? Pas de ski cette année ?
Jérémy Blanc : Oui, elles me manquent et de temps en temps on a un petit coup de blues. Mais je me dis qu’elles ne vont pas disparaître et qu’à mon retour ça ne sera que du bonheur  !
EDLV : Quelle activité te manque le plus ?
Jérémy Blanc : Sans aucune hésitation, le parapente ! Ici ce n’est pas trop le sport national.
EDLV : Quand se termine normalement l’aventure américaine ?
Jérémy Blanc : Et bien, j’ai un visa d’une année, donc fin octobre.
EDLV : Un message à passer à la Vallée d’Abondance ?
Jérémy Blanc : Oui, un bonjour à la vallée et préparez la tartiflette, j’en aurai bien besoin à mon retour ! (SC/EDLV)