Pierre Ochs une reconversion réussi

Est-ce qu’un jeune qui pratique le ski avec passion, beaucoup de passion… Est bien préparé à la réalité. Pour le haut niveau il y aura beaucoup d’appelé et peu d’élu. Et même si il devient un grand champion comment l’après carrière ce gère-t-elle ? J’ai, pour parler de ça et d’autres choses, rencontré Pierre Ochs grand champion de la vallée d’Abondance. Il nous dit tout.


EDLV : Bonjour Pierre quel âge as-tu ?
Pierre Ochs : Je suis né en 1984, fais le calcul.
EDLV : Quand as-tu commencé le ski ?
PO : Comme beaucoup de jeune de la vallée, j’ai commencé à l’âge de 2 ans, première glisse en famille.
EDLV : Et le ski club ?
PO : Vers 5 ou 6 ans, dans la section ski alpin. Je faisais du slalom et du géant.
EDLV : Quand as-tu commencé le ski de bosse ?
PO : En 1999 j’avais 14 ans, c’est mon frère Julien qui pratiquait cette discipline. (NDLR La section ski acro du Ski club de Châtel a été créée en 1986 par Eric Slongo). Je le voyais lui et ses copains et ça avait l’air plutôt fun.
EDLV : A partir de quand as-t-on commencé à te parler de l’après ski ?
PO : Au sein du ski club pas vraiment, j’étais trop jeune, par contre c’est un sujet que ma famille à aborder très vite. C’était passe ton BAC d’abord !! Surtout à partir du moment où j’ai intégré l’équipe de France. Le ski dans ma famille ça a toujours été la récréation. J’ai aussi eu de longue conversation avec quelqu’un qui a beaucoup compté pour moi Mr Cettour mon prof de philo au lycée, il m’a donné beaucoup de conseille, et oui la philo ça peut servir (rires…) Plus sérieusement je pense que dans le cas d’un jeune qui commence à gravir les échelons l’entourage proche est important. C’est lui que te fais garder les pieds sur terre.
EDLV : Tu as donc suivi quel cursus scolaire ?
PO : Tout à fait normal, je n’ai pas fait un sport étude. Du collège au lycée j’étais à Sainte Croix des neiges à Abondance, ou j’ai passé un Bac S. J’ai toujours voulu être kiné, depuis le collège. C’est après le BAC que j’ai commencé à avoir quelques aménagements pour mes études. J’ai intégré la fac de bio de Grenoble. J’ai passé un contrat avec la fac, durant l’hiver j’étais au ski et dès le mois d’avril retour à Grenoble avec un programme d’étude intensif et des cours de 8H à 18H. Dans le même temps la Fédération Française de Ski m’a ouvert une passerelle pour l’école de kiné.
EDLV : Une passerelle, c'est-à-dire ?
PO : Si mon dossier scolaire était bon, je pouvais intégrer le cursus grâce à Jeunesse et sport. J’avais prévu de le faire en 2011, mais mon dossier devait être bon, puisqu’il a été accepté dès 2008. A ce moment-là, la Fédération a eu un rôle important, en temporisant du côté de l’école de kiné de Grenoble, pour que je puisse finir ma carrière de haut niveau.
ELDV : justement ta carrière a duré combien de temps ?
PO : A haut niveau de 20 à 27 ans. 7 ans de folies !!
EDLV : Quel est ton plus grand souvenir de sportif de haut niveau ?
PO : Incontestablement les jeux olympiques de Turin en 2006. Lorsque ma famille et mes amis de la vallée sont venus me voir lors de mes épreuves. J’en garde un beau souvenir… Des regards, des mots… Et la présence.
EDLV : Et donc aujourd’hui dirais-tu que ta reconversion et réussi ?
PO : J’espère, j’ai obtenu mon diplôme de kiné en 2014, mon monitora de ski également en 2014. Je suis donc aujourd’hui kiné, et entraineur au Ski club de Châtel. Je te donne également des cours de ski. En plus cette année je m’occupe de mes nièces (rires…). Donc oui c’est plutôt réussi.
EDLV : Pour finir quel conseil donnerais-tu aux jeunes qui comme toi à leur âge ont des rêves de ski plein la tête ?
PO : De rêver car c’est important, rêver de podium, de gloire, mais de garder toujours dans un coin de leur tête qu’il y aura forcément un après ski. Mais surtout, et en toute chose, de prendre du plaisir, beaucoup de plaisir et de s’amuser…