Maxime futur pompier

On parle de crise de vocation, il y a de moins en moins de volontaire et pourtant devenir pompier cela fait encore rêver certains jeunes. J’ai rencontré à Châtel Maxime Clément qui nous parle de sa passion.


EDLV : Bonjour Maxime parle nous un peu de toi, qui es-tu ?
Maxime Clément : J’ai 17 ans, bientôt 18, je suis en bac pro cuisine à l’école hôtelière de Thonon et je suis pompier volontaire à Châtel.
EDLV : Pompier c’est une grande passion ?
MC : Oui, on peut dire ça.
EDLV : Comment est-ce venu ?
MC : Lorsque j’étais enfant, vers 5 ou 6 ans mon oncle Philippe était pompier à Châtel, il m’a souvent emmené à la caserne. Et là j’ai découvert un monde fascinant… Les camions, les uniformes. Tout ça été magique. Puis plus tard j’ai compris à quoi cela servait. L’engagement vis-à-vis de la population, l’esprit de corps, sauver des vies.
EDLV : A quel âge peut-on devenir pompier ?
MC : Cela dépend du département, en haute Savoie dès 11 ans on peut devenir Jeune Sapeur Pompier (ndlr : JSP). Personnellement j’ai commencé à 14 ans au JSP de Thonon les bains.
EDLV : On fait quoi au JSP ?
MC : On se forme, c’est axé autour du secours à personnes, de la lutte contre les incendies, de la protection des biens et de l’environnement on fait également du sport. La formation comporte aussi une partie d’information sur le fonctionnement des services de secours et la Fédération Nationale des Sapeurs-Pompiers de France, c’est ce qu’on appelle la culture administrative sapeur-pompier. On se prépare pour obtenir le brevet national de Jeunes Sapeurs Pompiers.
EDLV : Quelles sont les principales activités des JSP ?
MC : le sport (cross et épreuves athlétiques), l’instruction incendie, le secourisme, la culture administrative sapeur-pompier.
ELDV : Des week-ends bien occupés ?
MC : Effectivement.
EDLV : Comment cela s’organise et comment peut-on s’inscrire ?
MC : Une section JSP regroupe des enfants de 11 à 18 ans. Il faut fournir un certificat médical d’aptitude physique et une autorisation parentale. Il existe 27 sections sur le département, les dates de recrutement varient d’un centre à l’autre. Pour avoir plus d’information sur le JSP de Thonon on peut appeler le secrétariat au 04 50 71 22 01.
EDLV : Combien y a-t-il de centres de secours dans la vallée ?
MC : Il y en a deux, un à Abondance et un à Châtel.
ELDLV : Dans lequel es-tu inscrit ?
MC : Je suis à Châtel, sous les ordres du capitaine Jean Luc Vuarand.
EDLV : Tu vas à l’école à Thonon, comment fais-tu pour pouvoir pratiquer ?
MC : Je m’inscris sur le planning, les week-ends et pendant les vacances scolaires, les gardes sont de 12 heures.
EDLV : Il faut savoir s’habiller vite ?
MC : Oui (rires), à partir du moment où l’on est déclenché, nous avons vingt minutes pour nous rendre sur les lieux de l’intervention, personnellement je mets 3 à 4 minutes en courant pour aller de chez moi à la caserne.
EDLV : Et avec les filles l’uniforme…
MC : (Rires) C’est plus comme avant…
EDLV : Sérieusement, quelle genre d’interventions réalisez-vous ?
MC : principalement du secours à la personne, les accidents de la route, l’incendie est rare par chez nous, mais il y en a.
EDLV : Combien êtes-vous à Châtel ?
MC : Plus ou moins 25 pompiers et une infirmière, cela dépend car l’hiver nous accueillons des pompiers saisonniers, cette année ils sont 3.
EDLV : Tu te vois pompier professionnel un jour ?
MC : Oui, mon plus grand rêve est d’être Marin pompier à Marseille, mais le concours est extrêmement sélectif.
EDLV : Merci Maxime, et tous nos vœux pour ce beau projet.